Dili, 12 juin 2023 - Joanita, qui doit chaque jour trouver un équilibre entre s’occuper de ses enfants et travailler comme femme de ménage, n’a pas le temps de s’ennuyer. Comme beaucoup de Timorais, le mari de Joanita est parti en Corée du Sud pour être le soutien de la famille, envoyant régulièrement de l'argent au pays pour les aider financièrement. Bien qu'il ne soit pas facile d'élever des enfants sans son conjoint, Joanita sait qu'une seule source de revenus n'est pas suffisante pour sa famille.

« Nous pensions gagner plus d'argent en allant travailler à l'étranger », explique Joanita. « Aujourd’hui, nous devons également rembourser notre dette, car mon mari a emprunté de l'argent pour participer à un programme de mobilité de la main-d'œuvre », ajoute-t-elle, faisant référence à une initiative qui prépare de nombreux travailleurs timorais à travailler en Corée du Sud grâce à un partenariat entre le Timor-Leste et la République de Corée.

Joanita et son mari utilisent les envois de fonds pour rembourser leurs dettes, financer ses études et subvenir aux besoins de leur famille. Ils rêvent de construire leur propre maison. Photo : OIM/Maulana Iberahim

Les fonds envoyés à Joanita par son mari depuis la Corée du Sud ont eu un impact énorme et positif sur leur vie, explique-t-elle. « Ils nous permettent de subvenir à nos besoins quotidiens, y compris l'éducation et le soutien à ma mère veuve et à mes proches ».

L'éducation de Joanita et la poursuite de ses études universitaires ont été rendues possibles grâce à l'argent envoyé par son mari, qui couvre ses frais de scolarité et ses manuels. Les envois de fonds ont le pouvoir de transformer et d'habiliter les petites familles comme celle de Joanita - non seulement parce qu'ils permettent de subvenir aux besoins de base, mais aussi parce qu'ils donnent de l'espoir pour l'avenir.

Cependant, Joanita, comme beaucoup d'autres dans son pays, rencontre encore des difficultés pour recevoir les envois de fonds. L'un des problèmes est le montant élevé des frais de transfert. Pour une économie basée sur le dollar comme celle du Timor-Leste, où les gens vivent avec moins de 2,15 dollars par jour, chaque centime compte.

« Les frais de transfert sont manifestement très élevés », explique Joanita. Elle espère que les frais de transfert de fonds seront moins élevés et que le processus d'échange de devises sera plus équitable.

Joanita partage ses préoccupations avec le personnel de l'OIM sur les frais de transfert élevés pour les envois de fonds lors d'une session d'éducation financière. Photo : OIM/Maulana Iberahim

Bien que les difficultés rencontrées par Joanita soient également celles de beaucoup d'autres, l'économie du Timor-Leste continue de croître, car de plus en plus de personnes travaillent à l'étranger et envoient de l'argent au pays, contribuant ainsi au bien-être de leurs familles et de leurs proches.

Selon la Stratégie de mobilisation des fonds pour le Timor-Leste, les envois de fonds au Timor-Leste ont plus que doublé, passant de 62 millions de dollars en 2015 à une environ 171 millions de dollars en 2021. Ils représentent environ 8,7 pour cent du revenu national total du Timor-Leste, apportant un développement socioéconomique positif à ce pays dépendant du pétrole, qui tente de diversifier son économie.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) préconise la suppression des derniers obstacles aux envois de fonds, tels que les frais de transfert élevés et les retards dans les transferts. Ces obstacles entravent le développement socioéconomique, en particulier pour les bénéficiaires, principalement les familles qui manquent souvent de connaissances financières et dépendent fortement de l'argent qu'elles reçoivent de l'étranger.

« Une fois que nous aurons remboursé notre dette, notre projet est de commencer à construire notre maison et à économiser pour l'éducation de nos enfants », explique Joanita.

L'importance des envois de fonds qu'elle reçoit de l'étranger pour subvenir aux besoins de sa famille reflète les caractéristiques des flux d'envois de fonds dans le pays. Un pourcentage très important de 96 pour cent des envois de fonds vers le Timor-Leste est principalement destiné au soutien de la famille, ce qui indique que ces échanges financiers sont motivés par des raisons individuelles. Cependant, il existe un potentiel inexploité pour faire participer la diaspora et diversifier l'utilisation des envois de fonds, notamment par la promotion de services financiers liés aux envois de fonds, qui peuvent être investis dans des activités génératrices de revenus au sein de la communauté locale. De cette manière, les migrants et leurs familles peuvent être des acteurs proactifs du développement durable.

Le rôle de la diaspora est très important pour le Timor-Leste. L'OIM a participé étroitement au processus d'élaboration de la politique nationale d'engagement de la diaspora du Timor-Leste, qui rassemble les communautés de la diaspora timoraise en tant qu'agentes du développement socio-économique et alliées dans l'avancement du Timor-Leste.

En supprimant les obstacles auxquels les expéditeurs et les destinataires sont confrontés dans les échanges de fonds, notamment les frais de transfert élevés et l'accès financier, cela incitera à augmenter les envois de fonds qui contribueront également à la résilience des familles qui reçoivent des fonds dans leur pays d'origine.

Pour l'instant, les envois de fonds sont une bouée de sauvetage pour Joanita et de nombreuses autres familles comme la sienne au Timor-Leste. Si les problèmes sous-jacents qui entravent l'augmentation des envois de fonds et la réduction des coûts sont résolus, les envois de fonds peuvent avoir des retombées positives pour la communauté locale, contribuer à sa résilience et à la réalisation des Objectifs de développement durable au Timor-Leste.

Cet article a été écrit par Maulana Iberahim, OIM Timor-Leste, Media et Communication. Pour plus d'informations, veuillez contacter : miberahim@iom.int  

SDG 1 - PAS DE PAUVRETÉ
SDG 8 - TRAVAIL DÉCENT ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE
SDG 10 - INÉGALITÉS RÉDUITES