Solomon, un enfant qui était sans abri et victime de traite, et qui est maintenant réintégré dans sa famille. Photo : Hope for Justice

Qu'est-ce que cela fait d'être sans abri, invisible pour la société et contraint au travail forcé avant l'âge de 13 ans ?

Solomon*, originaire de la région d'Amhara, en Éthiopie, ne le sait que trop bien. Mendiant dans la rue, il est devenu un enfant migrant non accompagné, victime de traite et exploité comme main-d'œuvre bon marché avant même d'avoir atteint l'adolescence.

Tandis que sa mère travaillait comme femme de ménage, son père a été largement absent. La pauvreté chronique a privé Solomon d'une scolarité même élémentaire.

« Ma mère a perdu la vue après avoir donné naissance à des jumeaux, et cela a mis toute la famille dans une situation difficile », raconte Solomon.

Il a commencé à accompagner sa mère dès son plus jeune âge, la guidant partout où elle allait. Il a fait cela pendant cinq ans, jusqu'à ce que de longues périodes de famine atroce l'obligent à quitter la maison pour trouver du travail. Il a marché pendant deux jours pour essayer de gagner de l'argent pour sa famille en tant qu'éleveur de bétail.  

Salomon n'était pas conscient des dangers qu'il courait en passant ses nuits au bord de la route pendant sa fugue. Des étrangers lui ont offert de la nourriture, un endroit où vivre et de l'argent pour effectuer de simples tâches ménagères. Cependant, après deux années difficiles passées à travailler comme aide à domicile et ouvrier agricole, la rémunération promise n'est jamais arrivée.

Lorsqu'il a compris qu'il était exploité, il s'est échappé et est retourné vivre avec sa mère. Il a alors travaillé comme ouvrier à temps partiel pour aider à payer la nourriture et autres biens de première nécessité de sa mère. Jeune et naïf, il a de nouveau été dupé par un autre homme et emmené à Bahir Dar, la capitale de la province d'Amhara où il a vécu, mais là encore, il n'a pas été payé pour son travail. Il s'est échappé et a gagné sa vie en aidant une femme âgée et malvoyante à mendier dans la rue.   

Solomon a continué à subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, en mendiant à plein temps dans les rues de Bahir Dar et en envoyant ses maigres ressources à sa mère démunie, aussi souvent qu'il le pouvait. Cependant, lorsque la vieille dame est tombée malade et est finalement décédée, Solomon s'est retrouvé sans aucun moyen de survie et très vulnérable dans les rues une fois de plus.

Au plus bas, incapable de subvenir aux besoins de sa mère et se sentant de plus en plus désespéré au fil des jours, Solomon n'avait nulle part où aller. Les travailleurs sociaux de Lighthouse by Hope for Justice, une organisation partenaire travaillant avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Éthiopie, ont réussi à persuader Solomon de quitter sa vie transitoire dans la rue.

Hope for Justice est une organisation non gouvernementale qui travaille à Bahir Dar, en Éthiopie, pour aider à mettre fin à l'esclavage moderne en prévenant l'exploitation, en sauvant les victimes, en restaurant des vies et en réformant la société. Elle gère des centres, appelés « Lighthouses », qui offrent un refuge aux enfants victimes de maltraitance et d'exploitation ou à ceux qui y sont vulnérables en vivant dans la rue.

Au Lighthouse, Solomon a commencé à recevoir une aide de base. Il a juré de ne jamais retourner dans la rue et a rapidement retrouvé sa mère. Grâce à un cours sur la gestion d'une petite entreprise, il a créé sa propre entreprise et peut à nouveau aider sa mère à survivre. Il est également retourné à l'école.

La traite des enfants, un problème plus vaste

Le cas de Solomon reflète le sort de millions d'enfants migrants en situation irrégulière exposés au risque de traite et d'exploitation après s'être déplacés à l'intérieur ou au-delà des frontières pour trouver de meilleures opportunités.

Selon le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies (DESA), le nombre de migrants internationaux s’élevait à 281 millions en 2020, dont 36 millions d'enfants de moins de 18 ans. L'Éthiopie, qui est l'un des principaux pays d'origine des migrants, a vu nombre de ces enfants voyager de manière irrégulière le long du couloir migratoire de la Corne de l'Afrique, ou « route de l'Est », vers diverses destinations au Moyen-Orient.

Les intermédiaires et trafiquants locaux s'attaquent aux migrants potentiels, parfois des enfants, en leur promettant une vie pleine d'opportunités au-delà de leur communauté, et souvent au-delà des frontières. Les flux de traite et de trafic illicite suivent les principaux itinéraires migratoires et de nombreuses organisations comme l'OIM, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et d'autres, étudient la gravité du problème.

Selon le Centre régional des données de l'OIM pour l'Afrique de l’Est et la Corne de l'Afrique, la « route de l'Est » continue d'être caractérisée par un volume élevé d'enfants migrants non accompagnés (UM), avec 3 203 UM (9 pour cent) recensés fin de 2020 ; plus de 71 pour cent de tous les enfants voyageant étaient des UM, une hausse considérable par rapport aux 46 pour cent recensés en 2019.

Des journalistes et du personnel de l'OIM, en tournée de sensibilisation au point d'entrée de Dewele, à la frontière entre l'Ethiopie et Djibouti, parlent à de jeunes enfants migrants qui font partie d'un mouvement de retour. Photo : OIM/Eric Mazango, mars 2021

Des journalistes et du personnel de l'OIM parlent à des migrants, dont des enfants, au point d'entrée de Dewele, à la frontière entre l'Ethiopie et Djibouti. Photo : OIM/Eric Mazango, mars 2021

Le point d'entrée de Dewele, à la frontière entre l'Éthiopie et Djibouti, est l'une des principales portes d'entrée pour les migrants se rendant au Yémen et dans les pays du Conseil de coopération du Golfe. Photo : OIM/Eric Mazango, mars 2021

Compte tenu des cas endémiques de traite des personnes et de trafic illicite de migrants, l'OIM met en œuvre plusieurs initiatives pour soutenir les réponses institutionnelles du gouvernement éthiopien, qui comprennent la promulgation d'une législation criminalisant la traite des personnes et la mise en œuvre d'activités visant à éradiquer cet acte criminel.

Des membres de la communauté lors d’un débat discutent des moyens pour atténuer les risques de la migration irrégulière. Photo : OIM

L'OIM a soutenu la transformation de l'ancien Groupe de lutte contre la traite et le trafic illicite en une Coalition nationale de partenariat sur la migration, une plateforme de coordination dirigée par le gouvernement qui rassemble les principales agences gouvernementales et non gouvernementales ayant des mandats de gestion de la migration. L'OIM soutient également le déploiement de la structure de la Coalition nationale de partenariat au niveau des états régionaux, et 10 états régionaux et administrations municipales du pays pour établir leur propre Coalition régionale de partenariat.

En outre, en collaboration avec l'OIM, le Conseil gouvernemental éthiopien de lutte contre la traite d’êtres humains a mis en œuvre le projet « Community Conversation », une initiative de communication visant à sensibiliser et à changer les comportements pour lutter contre la migration irrégulière au niveau communautaire, qui fait appel à un dialogue facilité pour la sensibilisation et l'action collaborative. Les journalistes ont également reçu une formation leur permettant de rendre compte de la traite et du trafic illicite d'êtres humains avec tact.

Plusieurs projets de réintégration communautaire, conçus pour soutenir les migrants de retour et leurs communautés tout en travaillant en collaboration avec des partenaires locaux, sont également mis en œuvre. Les projets de réintégration communautaire soutiennent des réseaux communautaires solides et les conditions d'une réintégration durable.

Ces projets sont mis en œuvre avec le soutien du gouvernement du Danemark, du gouvernement des Pays-Bas, du Département britannique des affaires intérieurs, du gouvernement de la République de Corée, du Fonds humanitaire éthiopien et du Département d'État des États-Unis.

*Le nom de Salomon a été changé pour des raisons de confidentialité.

Pour plus d'informations, contactez Eric Mazango à l'adresse emazango@iom.int, tél. : +251 904 645 879.