Nekemte, 22 novembre 2021 – Parsemé de manguiers et de bananiers, le paysage luxuriant qui soutient deux villages de l'ouest de l'Éthiopie sort d'une sombre transformation.

Pour des milliers de personnes vivant à Amistegna et Sidistegna à Sasiga, dans l'est de Wellega, la vie a changé en 2018 lorsque de violents affrontements armés interethniques ont éclaté entre des groupes des communautés limitrophes Gumuz et Oromo. Plus de 75 000 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons pendant des mois, mais lorsque les tensions se sont apaisées en 2019, beaucoup sont revenues pour ne trouver que des maisons détruites et une campagne à peine reconnaissable. 

Semira Bateri, 27 ans, mère de deux enfants du district de Sasiga, a été dévastée de ne voir que les décombres de sa maison. Elle et sa famille n'avaient nulle part où aller.

« Lorsque nous sommes revenus de plusieurs mois de refuge chez nos proches, nous avons été choqués de voir nos maisons rasées. Nous avons été obligés de dormir sur le sol car tous nos meubles avaient été pillés », dit-elle. « Pour ne rien arranger, nous n'avions pas les moyens de reconstruire notre maison ». 

Semira Bateri et sa famille sont heureux d'être de retour dans leur maison reconstruite. Photo : OIM/Alemayehu Seifeselassie

Comme Semira, Husein Ismael, seul soutien d’une famille de huit personnes - dont sa sœur et ses deux enfants - vit dans la même communauté et il a également perdu sa maison. Husein et sa famille ont dû endurer des conditions climatiques rudes et glaciales en vivant dans une maison aux murs poreux qui offraient peu de protection contre les intempéries.

« Les murs de paille et d’argile de la maison ont été fortement endommagés, et les conditions étaient difficiles pour nos quatre enfants, surtout quand il pleut », confie-t-il.

Dans le cadre de sa réponse d'urgence au déplacement, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a aidé les familles déplacées à reconstruire leur maison et leur a donné de l’espoir pour l'avenir. L'OIM a élaboré un plan de réintégration qui prévoit de reconstruire des maisons pour 2 800 familles comme celles de Semira et Husein.

Grâce à son programme d'aide à l'hébergement Cash-Plus, l'OIM a donné à chaque famille 11 300 birr éthiopiens (environ 285 dollars) en espèces sur trois versements, afin d'acheter des matériaux de construction tels que des poteaux, des tôles ondulées et des matériaux de fixation. Des articles tels que des portes, des fenêtres en bois, des charnières et des clous ont également été fournis.

Les bénéficiaires ont été sélectionnés en coordination avec le gouvernement éthiopien par le biais de son plan de retour officiel et de l'évaluation des besoins par l'OIM.

L'OIM a également assuré la liaison avec divers bureaux gouvernementaux pour veiller à ce que les bénéficiaires confirment la propriété de leur terrain avant la reconstruction, permettant ainsi aux familles de s'établir en toute sécurité, dans la paix et la dignité.

L'OIM a également formé des charpentiers de la communauté pour aider à maintenir les normes de construction des abris. La communauté a ensuite formé des groupes pour recevoir les matériaux en utilisant les transports locaux.

Moniruzzaman ATM (à gauche), responsable des abris à l'OIM en Ethiopie, supervise la construction à Sasiga. Photo : OIM/Alemayehu Seifeselassie

« La construction d'abris est une étape essentielle dans la réinstallation des communautés déplacées. Cependant, il faut faire davantage pour l'intégrer à d'autres composantes telles que les installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH), afin de s'assurer que les migrants de retour disposent d'une eau adéquate et évitent la défécation à l'air libre », a déclaré Moniruzzaman ATM, responsable des abris à l'OIM en Ethiopie.

L'aide apportée a été déterminante pour les bénéficiaires.

« La reconstruction nous a donné un nouveau départ pour retourner dans nos maisons », déclare Semira. 

Pour Husein, l'aide de l'OIM lui a offert la possibilité de reconstruire sa maison mieux qu'avant. « Je suis un charpentier qualifié et j'ai reconstruit certaines des maisons du village. C'est ainsi que j'ai réussi à construire ma maison et à la rendre meilleure qu'elle ne l'était auparavant », dit-il.

Husein Ismael a utilisé ses compétences de charpentier pour construire des maisons pour la communauté dans le district de Sasiga. Photo : OIM/Alemayehu Seifeselassie

Entre 2019 et 2020, l'OIM a aidé les communautés déplacées de Wollega à construire 1 100 maisons, et a distribué des articles non alimentaires et des kits WASH à 3 000 familles grâce au financement du Bureau d'aide humanitaire (BHA) de l'USAID, du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) et du Service de l’UE à la protection civile opérations d'aide humanitaire européennes (ECHO).

En outre, l'OIM a fourni une aide aux abris à plus de 3 900 familles dans les zones de Wollega Est, Wollega Ouest et Kamashi avec le soutien du Fonds central des Nations Unies pour les interventions d'urgence (CERF), du BHA, d'ECHO et du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) - par le biais du Fonds humanitaire éthiopien.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Alemayehu Seifeselassie, chargé de communication, OIM Ethiopie, Email : salemayehu@iom.int, Tel : +251 911 639 082 ou Eric Mazango, chargé de communication, Email : emazango@iom.int, Tel : +251 904 645 879