Shire, Tigré - « Je n'avais jamais pensé que je m'inquiéterais de l’approvisionnement en eau pour ma famille jusqu'à ce que le conflit éclate et nous déplace », confie Amit, 38 ans, mère célibataire de trois enfants. Au cours des huit mois qui ont suivi l'éclatement du conflit dans le Tigré, au nord de l'Éthiopie, le nombre de personnes déplacées est passé à 1,99 million. Amit et sa famille en font désormais partie, vivant dans l'un des sites destinés aux déplacés internes à Shire, dans le centre du Tigré.

L'accès aux services de base, notamment aux services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH), reste l'une des principales préoccupations dans ces sites.

« Nous avons marché pendant trois jours pour arriver à Shire. Depuis notre arrivée sur le site de déplacés internes, l'accès à l'eau est l'un des nombreux problèmes auxquels nous pensons chaque jour », explique Amit.

Elle séjourne dans un site aui accueille des milliers de personnes et se rappelle des difficultés auxquels ils ont été confrontés avec le rationnement de l'eau. « Les files d'attente étaient si longues. Une fois, j'ai fait la queue pendant des heures, pour apprendre que l'eau livrée ce jour-là était épuisée. Je suis retournée auprès de mes enfants les mains vides. »

En réponse, les équipes WASH de l'OIM en Éthiopie ont pris des mesures au Tigré depuis février 2021. Le transport quotidien d'eau par camion - une solution à court terme pour acheminer de l'eau potable dans les zones où l'approvisionnement est insuffisant - a aidé environ 25 000 personnes depuis avril, et se poursuit. Chaque camion est testé à la source et au point de livraison en collaboration avec le service local des eaux. Les équipes de l'OIM ont également ajouté 151 latrines d'urgence et 10 douches d'urgence dans les sites de déplacés internes de Shire.
 

Le service d’approvisionnement en eau par camion fournit de l'eau salubre aux milliers de personnes vivant dans ce site de déplacés internes à Shire, au Tigré. Photo : OIM/Kaye Viray

Chaque camion est testé à la source et au point de livraison en collaboration avec le service local des eaux. Photo : OIM/Kaye Viray

« Maintenant, grâce à l’approvisionnement régulier en eau, nous pouvons avoir de l'eau quand nous en avons besoin », dit Amit. « Cela nous aide beaucoup pour cuisiner, boire, nettoyer et nous laver. Nous apprécions également les latrines qui sont maintenues propres par les promoteurs de l'hygiène sur le site. C'est un problème de moins pour nous ici. »

L'OIM forme les déplacés internes à devenir des promoteurs de l'hygiène sur le site. Ils sont également responsables de la propreté des latrines et des autres installations WASH. Photo : OIM/Kaye Viray 

La réponse WASH de l'OIM dans le nord de l'Ethiopie

Pour améliorer les conditions de vie des déplacés internes dans les sites, l'OIM a distribué 3 000 kits d’hygiène - comprenant deux paires de sous-vêtements, des serviettes hygiéniques lavables, du savon, une torche solaire et un seau - à Mekele, Shire et Shiraro. L'hygiène a également été promue à Mekele et Shire, couvrant un total de 12 sites de déplacés internes, notamment par des campagnes de nettoyage de l'environnement et la distribution de barils de lavage des mains et de matériel de nettoyage des latrines pour assurer un environnement sanitaire sûr.

L’eau acheminée par camion est testée en collaboration avec le service local des eaux. Photo : OIM/Kaye Viray

« Les services WASH sont une nécessité inévitable pour les déplacés internes », déclare Nadia Kevlin, chargée de programme à l'OIM.

« Avec ses partenaires, l’OIM continuera à apporter son soutien en fournissant des installations sanitaires d'urgence et en faisant la promotion de l'hygiène, notamment en distribuant 20 000 pains de savon et 20 000 sachets de produits chimiques pour le traitement de l'eau, en acheminant de l'eau par camion à 25 000 personnes pendant trois mois et en réhabilitant six points d'eau dans le Tigré ».

« Dans les semaines à venir, nous prévoyons de distribuer 2 000 kits d'hygiène, de construire 365 latrines d'urgence et 365 douches d'urgence, d’acheminer de l’eau par camion pour 25 000 personnes pendant trois mois, d'engager 120 promoteurs de l'hygiène et de réhabiliter six points d'eau. »

L’aide WASH de l'OIM dans le nord de l'Éthiopie est rendu possible grâce au financement du Service de l’UE à la protection civile et opérations d'aide humanitaire européennes, du gouvernement allemand et du Fonds humanitaire éthiopien.

Écrit par Krizia Kaye Viray, responsable des médias et de la communication à l'OIM en Ethiopie.