Ka'atymi, 28 octobre 2022 – « La déforestation nous affecte beaucoup. Ces derniers temps, nous avons connu de longues sécheresses, de fortes pluies et des vents violents qui endommagent nos récoltes », déclare Gloria Sosa, une dirigeante autochtone reconnue de la communauté Ka'atymi, à 300 kilomètres à l'est d'Asunción, la capitale du Paraguay.

Cette femme mariée et mère de sept enfants est une dirigeante sociale reconnue, qui cherche inlassablement à améliorer les conditions de vie de sa communauté. Pour elle, le principal problème auquel est confronté Ka’atymi est la déforestation massive qui entraîne des événements climatiques extrêmes, détruisant ainsi les petites plantations.

Il y a six ans, une violente tempête a dévasté les cultures de manioc de Gloria, causant d'énormes pertes. Ce type de danger oblige de nombreuses personnes à migrer vers d'autres régions du pays, principalement vers les villes, à la recherche de meilleures conditions de vie et d'un emploi. Gloria craint que cela ne menace le développement et l'existence de la communauté dans le futur.

La déforestation provoque une dégradation des sols dans la communauté Ka'atymi, avec de potentielles conséquences sur la sécurité alimentaire. Photo : OIM

Les événements extrêmes tels que les sécheresses, les inondations et les gelées affectent le rendement des cultures, mettant en danger les moyens de subsistance des familles d'agriculteurs dans les zones rurales du Paraguay, en particulier les communautés autochtones appauvries comme celle de Gloria, dont la survie dépend souvent de petites cultures. Selon les statistiques gouvernementales, les deux tiers de

la population autochtone du pays vivent dans la pauvreté, 34 pour cent dans l'extrême pauvreté.

Fondée il y a 35 ans, la communauté Ka'atymi regroupe 64 familles autochtones, chacune comptant en moyenne dix membres appartenant au peuple Mbya Guaraní. Les moyens de subsistance du village proviennent principalement du changa'i - une expression familière de la langue guarani désignant le travail journalier et occasionnel rémunéré qu'ils effectuent dans les vastes plantations de céréales de la région.

L’exploitation de Gloria a subi l'impact des événements liés aux changements climatiques. Pour elle et sa famille, leur exploitation est leur principal moyen de subsistance. Photo : OIM

« Nous nous consacrons à notre exploitation où nous cultivons du manioc ou du yucca, des arachides et du maïs, et où nous élevons des animaux de ferme comme des cochons, des poulets et quelques bovins. C'est ainsi que nous gagnons notre vie », explique Gloria.

Elle constate à quel point le mode de vie local a changé ces dernières années en raison de la déforestation, de la dégradation de l'environnement et des changements climatiques. Autrefois, de vastes zones sauvages permettaient à la communauté de chasser des animaux et de cueillir des fruits dans les forêts. Les rivières ou ruisseaux abondants les approvisionnaient en poisson.

« Il y a vingt ou trente ans, on voyait rarement les Mbya dans les villes parce qu'il y avait assez de nourriture ; aujourd'hui, cela a changé », déplore-t-elle.

Les migrants se dirigent vers les villes depuis des décennies, créant des déséquilibres territoriaux. La migration vers les zones urbaines est en grande partie une stratégie de survie lorsque les activités agricoles de subsistance ou productives diminuent en raison des changements environnementaux.

La communauté Ka'atymi n'est pas la seule dans cette situation. Selon le Plan national d'adaptation aux changements climatiques du Paraguay, les communautés autochtones sont confrontées à d'immenses difficultés pour s'adapter aux effets des changements climatiques en raison de ressources limitées, d’un accès restreint aux technologies et du manque d'investissements.

Selon l'agence de statistiques du Paraguay, deux tiers de la population autochtone du pays vivent dans la pauvreté. Photo : OIM

Cette faible capacité d'adaptation les place dans une position vulnérable, où la seule option pour beaucoup est de céder une partie de leurs propriétés à des producteurs locaux de céréales qui ont les ressources nécessaires pour acheter des machines modernes pour travailler la terre.

Malgré les difficultés, Gloria continue de persévérer, rêvant de l’avancement de sa communauté.

Avec sa famille, elle a réussi à atteindre un niveau de vie stable, grâce au fonctionnement continu et à l'ingéniosité de leur exploitation.

« Je ressens le besoin de voir mes voisins vivre dans les mêmes conditions de vie que moi », dit-elle.

Gloria et sa famille cultivent des produits comme les tomates, le yucca, le maïs et les arachides. Photo : OIM

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) travaille avec l'Institut autochtone paraguayen pour renforcer la capacité du gouvernement à répondre et à prévenir la migration forcée des communautés autochtones dans le contexte des changements climatiques et de la dégradation de l'environnement. Les communautés participant au projet sont Pindo'i et Ka'atymi de Rapatriement (Caaguazú), Santa Teresita de Paso Yobai (Guairá) et Ykua Porá d'Abaiva'i (Caazapá).

SDG 1 - PAS DE PAUVRETÉ
SDG 10 - INÉGALITÉS RÉDUITES
SDG 13 - MESURES RELATIVES À LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
SDG 16 - PAIX, JUSTICE ET INSTITUTIONS EFFICACES